Imprimer
PDF

Présentation

   Instituée  pour gérer les propriétés et domaines agricoles récupérés,nous constituons aujourd'hui une entité économique importante du pays, jouant un rôle de premier plan dans le développement de l'agriculture en général et de l'arboriculture en particulier.

    Nous intègrons des activités aussi bien agricoles, agro-industrielles, de pépiniériste, d'élevage que de commercialisation sur le marché national, et bien d'autres services.

   Ce secteur joue un rôle déterminant dans les équilibres macro-économiques du pays. Il supporte une charge sociale importante, étant donné que les revenus de 80% des 14 millions de ruraux dépendent de l'agriculture.

     Aussi, il est à rappeler la lourde responsabilité qui incombe à ce secteur quant à la sécurité alimentaire de 30 millions de consommateurs. Ce qui démontre le rôle crucial que joue l'agriculture dans la stabilité économique et sociale de notre pays.

      L'agriculture nationale se heurte à plusieurs contraintes dont les plus importantes sont :
Faible investissement

      L’investissement dans le secteur agricole se caractérise par :

  • Une faible utilisation des facteurs de production. Exemple, l’utilisation des engrais à l’hectare au Maroc représente quatre fois moins qu’en France, la mécanisation au Maroc est onze fois moins qu’en Espagne.
  • Une faible participation du système bancaire au financement des projets agricoles avec seulement 18% d'agriculteurs qui accèdent aux crédits bancaires.
  • Une Faible subvention du secteur agricole: les subventions accordées à l’agriculture marocaine sont de l’ordre de 8% par rapport au revenu agricole contre 30 à 70% dans d’autres pays.
  • Une faiblesse du tissu de l'agro-industrie qui ne représente que 24% de l'ensemble des unités industrielles nationales, et transforme à peine le tiers de la production.
  • le Maroc ne bénéficie que de 60% et 28% des contingents tarifaires accordés par l’Union Européenne, respectivement pour les produits frais et transformés. Faible organisation

     Le secteur agricole est caractérisé par un très faible niveau d'organisation et une quasi-absence de l'interprofession. Encadrement insuffisant

     L'agriculture nationale souffre d'une gestion traditionnelle des exploitations, avec des structures d'encadrement inadaptées. Ressources en eau limitées
la sécheresse est l'un des plus importants obstacles au développement de l'agriculture nationale qui souffre de la faiblesse et de l'irrégularité de la pluviométrie.

      La sous-valorisation des eaux de surface et souterraines à cause d'un système d'irrigation non efficient. Foncier morcelé.

     Le morcellement excessif constitue une contrainte majeure au développement de notre agriculture, étant donné que 70% des exploitations agricoles ont une taille inférieure à 5 hectares.

   En plus de l’exiguïté de l’exploitation agricole, le foncier est caractérisé par une multiplicité de régimes juridiques constituant une entrave à l’investissement.

     Le foncier est caractérisé aussi par un faible taux d'immatriculation et d'enregistrement. Assolement dominé par les céréales

    Les céréales occupent 75% des surfaces agricoles utiles (SAU), et ne participent qu’à concurrence de 10% à 15% au chiffre d’affaires du secteur agricole et ne contribue qu’concurrence de 5% à 10% de l’emploi du secteur agricole. Face à ces contraintes, l'agriculture marocaine dispose de plusieurs atouts dont les plus importants sont :

  • La situation géographique du Maroc et sa proximité immédiate du marché européen avec des moyens logistiques en nette progression.
  • La présence d'un marché national potentiel et dynamique mais souvent négligé, qui peut constituer un débouché important grâce à la croissance démographique et l'augmentation du niveau de vie.
  • Une main d'œuvre agricole qualifiée et très compétitive par rapport aux concurrents.
  • Des avantages comparatifs avérés pour plusieurs produits (fruits et légumes, etc.),
  • La présence au niveau national de plusieurs modèles d'entreprises agricoles et agro-industrielles réussis.

  Prenant en compte les contraintes et les atouts précités ainsi que les expériences réussies au niveau national et international, la stratégie du Plan Maroc Vert a adopté, comme équation de succès, l'investissement et l'organisation.